Language selection

Communiqué

Liens connexes (M20P0230)

Un mauvais entretien des batteries a contribué à l’explosion sur le remorqueur Risco Warrior dans le bras Bute (Colombie Britannique)

Richmond (Colombie-Britannique), 2 mars 2022 Aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié son rapport d’enquête (M20P0230) sur une explosion à bord d’un navire à la pointe Mellersh dans le bras Bute (Colombie-Britannique), mettant l’accent sur l’importance d’avoir des instructions détaillées sur l’entretien des batteries.

Le 7 août 2020, vers 12 h 30 (heure avancée du Pacifique), une explosion est survenue dans le compartiment des batteries du remorqueur Risco Warrior, alors que ce dernier retenait le chaland Western Carrier contre le quai de la pointe Mellersh dans le bras Bute (Colombie-Britannique). Le navire a subi des dommages structuraux, et deux membres d’équipage à bord ont subi des blessures mineures.

L’enquête a permis de constater que la charge continue non réglementaire de la batterie a fait en sorte que l’eau dans l’électrolyte s’est décomposée en hydrogène et en oxygène et s’est évaporée, ce qui, conjugué à un manque d’entretien, a provoqué une surchauffe et des dommages internes aux plaques de la batterie. De plus, l’enquête a permis de déterminer qu’il y a eu une accumulation d’hydrogène gazeux, car il n’y avait pas de ventilation dans le compartiment des batteries, ce qui a engendré une situation dangereuse. Une étincelle d’origine inconnue a ensuite enflammé l’hydrogène gazeux qui s’était accumulé, ce qui a provoqué l’explosion.

Tout au long de l’enquête, il a été déterminé que le Risco Warrior n’avait pas de système de gestion de la sécurité (SGS) officiel et qu’il n’était pas tenu d’en avoir un selon la réglementation sur les SGS. De plus, aucune procédure d’urgence ou d’exploitation sécuritaire du navire n’était en place, comme l’exige la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada. La gestion de la sécurité et la surveillance réglementaire sont des enjeux de sécurité qui figurent sur la Liste de surveillance 2020 du BST. Comme le démontre l’événement à l’étude, si l’exploitant d’un navire ne fournit pas de processus officiels de gestion de la sécurité, il est plus probable que les dangers ne soient pas cernés et que les risques connexes ne soient pas atténués. De plus, sans une surveillance réglementaire et des mesures d’application de la loi, il y a un risque que les remorqueurs d’une jauge brute de moins de 15 continueront d’être exploités avec de l’équipement et des pratiques non sécuritaires, comme c’était le cas dans cet événement.  

À la suite de l’événement, l’exploitant a pris plusieurs mesures de sécurité. Un moyen de ventilation forcée a été installé dans le compartiment des batteries. De nouvelles batteries, y compris des coffres à batteries, des accessoires, des systèmes de charge et un alternateur neuf ont été installés. Des politiques et des procédures d’urgence et d’exploitation sécuritaire écrites ont été élaborées.

Voir la page d'enquête pour plus d'information.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone : 819–994–8053
Courriel : medias@bst.gc.ca