Communiqué

L’enquête sur un déraillement en 2019 soulève des préoccupations à propos du manque d’exigences en matière d’inspection des rails aux passages à niveau

Dartmouth (Nouvelle-Écosse), le 30 septembre 2020 — Aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié son rapport d’enquête (R19M0018) sur le déraillement en avril 2019 d’un train de VIA Rail Canada Inc. (VIA Rail) près de Coal Branch (Nouveau-Brunswick). Dans le rapport, le BST a exprimé des préoccupations quant au fait que le manque d’exigences en matière d’évaluation de la corrosion de l’âme des rails aux passages à niveau peut mener à des ruptures de rail en service.

Le 4 avril 2019, vers 12 h 35, heure avancée de l’Atlantique, un train de voyageurs de VIA Rail roulait vers l’est à environ 60 mi/h sur la subdivision de Newcastle de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) près de Coal Branch (Nouveau-Brunswick). Le train traversait le passage à niveau du chemin Lakeville lorsque les deux dernières voitures ferroviaires ont déraillé en position verticale au point milliaire 15,27. Le train s’est immobilisé avec la tête au point milliaire 14,2. Trois passagers ayant subi des blessures mineures ont été évalués sur les lieux. Aucune marchandise dangereuse n’a été en cause.

L’enquête a permis de déterminer que le déraillement s’est produit lorsque le rail s’est rompu sous le train alors que ce dernier traversait le passage à niveau du chemin Lakeville. L’âme (la section la plus étroite du rail, entre le champignon et le patin) du rail nord s’était amincie en raison de la corrosion, à un point tel qu’elle ne pouvait plus supporter les forces normales exercées par le train et qu’elle s’est progressivement fracturée sous le train.

Avec le temps, les conditions environnementales au passage à niveau, en particulier les effets du sel épandu sur la route en hiver, ont entraîné la corrosion de l’âme du rail à un rythme accéléré. La corrosion n’avait pas été détectée lors des inspections visuelles ou ultrasoniques du rail, puisque l’âme du rail était cachée par la surface du passage à niveau. Si l’amincissement de l’âme du rail causé par la corrosion n’est pas évalué à des intervalles appropriés, particulièrement aux passages à niveau, qui sont plus vulnérables aux effets des environnements salins, les rails avec des sections d’âme compromises peuvent ne pas être détectés, ce qui augmente le risque d’une rupture en service.

Par nature, les structures de passage à niveau des chemins de fer retiennent l’humidité et les débris routiers, ce qui crée un environnement dans lequel les rails sont plus vulnérables à la corrosion et à l’amincissement subséquent de l’âme du rail. Bien que les rails installés aux passages à niveau dans les subdivisions à tonnage plus élevé soient régulièrement remplacés en raison de l’usure avant que la corrosion n’affecte la résistance du rail, les rails installés aux endroits comme le passage à niveau du chemin Lakeville ne doivent pas à être remplacés aussi souvent parce qu’ils s’usent plus lentement. Le Règlement concernant la sécurité de la voie de Transports Canada, qui établit les exigences en matière d’inspection et d’entretien des voies, n’exige pas expressément la détection et l’évaluation de la corrosion du rail, y compris la corrosion de l’âme du rail. Ainsi, le Bureau s’inquiète du fait que les dispositions en matière d’inspection de la voie aux passages à niveau ne comprennent pas l’obligation d’évaluer la corrosion de l’âme du rail; par conséquent, d’autres passages à niveau pourraient présenter une corrosopm de l’âme du rail, cequi pourrait entraîner des ruptures du rail en service.

Voir la page d’enquête pour obtenir de plus amples renseignements.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca

Date de modification :